Rumeur ou réalité dans un village de montagne ?

Jacques le petit nain des montagnes
Jacques le petit nain des montagnes

le 08/03/2018 à 21:53 Citer ce message

Ça s’y dit dans un petit village montagnard dont le premier de cordée voulait qu’il devienne plus gros que ses montagnes environnantes. Bien sûr ça coinçait grave dans le village, au point que certain.e.s voulaient un pow-wow*. Ceci est une histoire totalement imaginaire, puisque ce qui suit n’est pas diffusé par la rédaction officielle du premier de cordée, seule autorisée.
La rumeur courait que l’info du mois aurait disparue. C’est faux. Elle est de retour, mais pas la liberté d’expression. Faut pas abuser ! comme on y dit. Certes, elle avait disparu des boîtes mais aussi pour certain.e.s des mails. Mais la voici de retour. Le premier de cordée du village aurait été vu en faire lui-même la distribution. C’est certainement une rumeur, mais pas ce qui suit.
Deux lettres y étaient agrafées, les mêmes que celles diffusées sur le site officiel du premier de cordée et sur un lien de la version numérique de l’Info du mois. Mieux vaut trois fois qu’une. Ces lettres sont des réponses du grand berger des montagnes, très partielles aux questions posées par la grande fée des Aravis qui ne voulait pas faire grossir son village si petit mais si charmant.(Il paraît qu’elle est un peu fleur bleue). Ces lettres n’auraient sans doute pas dû être rendues publiques. Les mauvaises langues ont évidemment crié à la violation de la confidentialité. D’autres, plus mauvaises encore, au respect de la déontologie. Sont pas un peu excessives ces mauvaises langues ?
Il se murmure aussi que ces réponses convenues évacuent le débat de fond, et que les publier relèverait de l’infantilisme sur le mode : « c’est pas moi, c’est lui m’sieur », au cas où.
Mais les mauvaises langues, toujours elles, relèvent ce que ne disent pas ces réponses. c’est que oui il est possible d’organiser un pow-wow, mais que le grand berger de montagnes peut ne pas en tenir compte. Ce qui est embêtant, parce qu’il faudra se justifier, mais ça s’y connait pas. Elles insistent, ces mauvaises langues, en faisant croire que l’opinion majoritaire serait ainsi censurée. Quelle audace et quelle incongruité ! Elles ajoutent, ces de plus en plus mauvaises langues, qu’une décision contraire aux aspirations des villageois.e.s sera prise, irréversible et lourde de conséquences pour la vie quotidienne. Quel toupet ! Surtout que chacune et chacun pourra voter pour définir le poids idéal de ce gros village.
Mais ce qui est pire ; irrespectueuses et de la plus mauvaise foi, les plus méchantes des mauvaises langues crient péremptoirement : « que pèse le bien être dans un village point assez gros devant le mirage d’une carrière de grands chef, puisque les attendus, langue de bois mensonges et tromperies sont des atouts maîtrisés par le premier de cordée et indispensables à la réussite d’une telle carrière ». Vous rendez-vous compte comment on peut salir une réputation durement acquise au prix d’un travail de magouilles acharné ?
Bien. Si ces ragots vous parviennent aux oreilles, faites comme moi, laissez glisser sur la pente.
Le petit lutin des montagnes qui ne veux pas grossir.

* Un pow-wow est un rassemblement de Nord-Amérindiens. Il s'agissait traditionnellement d'un événement religieux (chamanisme) ou de la célébration d'exploits guerriers. Aujourd'hui, il existe un véritable « circuit » des pow-wow qui sont devenus des manifestations festives et une occasion pour les Amérindiens de faire vivre leur héritage culturel. Le pow-wow représente une fête de la rencontre et est vu par les Amérindiens comme un moment privilégié pour chacun de se rapprocher du noyau et d’échanger en famille et entre amis.

Répondre à ce message